Champagne : les différentes appellations

A l’approche des fêtes de fin d’année, le champagne prend une place encore plus importante qu’à l’accoutumée. Boisson d’exception, on en boit principalement pour les belles occasions. Mais pas que! Le tout est d’arriver à s’y retrouver parmi les différents champagnes. Quel champagne choisir ? Nous allons essayer d’apporter quelques réponses quant aux grandes différences dans les appellations.

LE CHAMPAGNE BRUT

Le champagne brut est aujourd’hui le plus consommé (il représente prés de 90% de la production totale de champagne).  C’est le grand classique, le champagne de référence. On l’appelle aussi le sans année ou le non millésimé, par opposition au millésimé que l’on verra après. Il s’agit d’assemblage de vins de plusieurs années des 3 cépages autorisés (chardonnay, pinot noir, pinot meunier). Généralement, le champagne brut est celui qui représente le savoir faire des maisons champenoises. En effet, ce dernier traduit pour un producteur une qualité et un style constant de son vin.

 

champagne brut

Le dosage de sucre est relativement faible. Un champagne idéal pour les apéritifs.

Nous verrons en toute fin d’article les différents dosages existants.

Il existe bien évidemment un grand nombre de maisons prestigieuses. On retrouve les maisons Laurent Perrier, Ruinart, Bollinger, Krug, Gosset, Moët & Chandon…

… et bien d’autres encore. Mes préférences vont à la maison Jacquesson, à la maison Pol Roger et à la maison Henriot.

Attention tout de même à ne pas oublier les plus « petites » maisons ou les maisons ayant un peu moins de renommée aux yeux du grand public. Elles nous réservent souvent des très bonnes surprises.

D’autant plus quand on sait que ces petites maisons revendent souvent une partie de leur production à des maisons de plus grande renommée…

 

Ma dernière petite découverte : Hugues Godmé. Une valeur montante !  Son prix est déjà relativement élevé. Mais retenez bien ce nom, il pourrait bien rentrer parmi les plus grands.

 

 

LE CHAMPAGNE BRUT MILLÉSIMÉ

Dom pérignon 2006

Contrairement au champagne brut classique, le champagne millésimé est constitué uniquement de vins de la même récolte et donc d’une même année. Voila pourquoi son nom de millésimé, tout simplement.

Ce n’est pas pour autant que les producteurs en font chaque année!

Le Millésimé met en avant une année de vendange tout à fait exceptionnelle, que l’on retrouve dans les caves seulement quelques années plus tard. Il doit reposer 3 ans avant d’être commercialisé.  Il se conserve plus longtemps en cave et dispose également d’un potentiel de garde plus important. Son prix est aussi plus élevé qu’un champagne sans année.

Deux millésimes ne sont jamais identiques, ce qui est fort intéressant en dégustation.

 

LE CHAMPAGNE ROSÉ

champagne roséLe champagne rosé est très à la mode, avec une progression constante de ses ventes sur le marché français. On dit de lui que c’est un champagne plus féminin, élégant, doux et fruité. Féminin ou pas, je l’aime beaucoup. J’apprécie particulièrement le champagne rosé de la maison Billecart-Salmon.

Il est généralement un peu plus cher que le champagne brut dit classique.

Le champagne rosé utilise la même méthode et les mêmes cépages que les champagnes blancs. Il existe pourtant une petite différence de goût dans le rosé avec des notes de fruits rouges et une belle fraîcheur qui lui permet d’accompagner parfaitement des desserts. Autre différence et certainement la plus évidente, sa belle couleur rosée. Pour obtenir cette couleur, il existe 2 méthodes. La 1 ère et la plus répandue est l’assemblage de vin rouge au champagne. Il faut savoir que la champagne est la seule région française qui autorise l’assemblage du vin rouge et du vin blanc.

La 2ème méthode est ce qu’on appelle l’élaboration par saignée. On laisse macérer les jus pendant une courte durée (environ 10h) avec la peau des raisins rouges. Cette méthode est très peu utilisée par les maisons de champagne. Elle demande en effet un grand savoir faire pour caler précisément la couleur qui résulte du temps de macération.

 

LE CHAMPAGNE BLANC DE NOIRS

Le champagne blanc de noirs est, je crois, celui que je préfère. On l’appelle ainsi pour les cépages qui sont utilisés.

Un champagne blanc d’apparence mais élaboré avec des raisons rouges.

blanc de noir

En effet, 2 cépages sont utilisés pour la réalisation de blanc de noirs : le pinot noir et le pinot meunier. Ils peuvent être assemblés mais on retrouve fréquemment des 100% pinot noir et dans une moindre mesure des 100% pinot meunier.

Ce sont des Champagnes assez originaux, qui changent de ce qu’on a l’habitude de boire. On retrouve une belle palette aromatique avec une certaine puissance qui les caractérisent bien. On peut bien évidemment le boire à l’apéritif mais il s’accordera très bien avec une viande blanche, à la volaille.

Mon dernier coup de cœur revient à Hugues Godmé avec son blanc de noirs à tomber par terre. Une odeur et une saveur briochée qui devrait régaler vos papilles. Les miennes en tout cas !

 

 

LE CHAMPAGNE BLANC DE BLANCS

Contrairement au blanc de noirs, le blanc de blancs fait appel à un champagne élaboré uniquement à base de raisins blanc. En l’occurrence, le chardonnay qui est le cépage roi dans la région. Ce dernier apporte une fraîcheur, une délicatesse et une vivacité au champagne. Des champagnes raffinées mais avec du caractère. blanc de blancs

On dit souvent du blanc de blancs que c’est un 100% chardonnay. Et c’est exact ! Le chardonnay est en effet le seul cépage blanc autorisé en champagne.

Le prix est très largement supérieur au brut classique.

Une référence pour moi, la maison Ruinart. Une valeur sure.

 

LES DIFFÉRENTS DOSAGES DU CHAMPAGNE

On appel le dosage du champagne le fait de rajouter une petite quantité du sucre. C’est la dernière étape avant de bouchonner définitivement sa bouteille. Pour être tout à fait précis, le dosage est l’ajout d’une liqueur composée de vin et de sucre de canne. C’est ce dosage qui va déterminer le type de champagne.

On retrouve :

  • le brut nature : aucune sucre ajouté et moins de 3 grammes par litre de sucres résiduels . On retrouve aussi souvent les termes « pas dosé » ou « dosage zéro ».
  • l’extra-brut : entre 0 et 6 grammes par litre de sucres résiduels
  • le brut : moins de 12 grammes par litre de sucres résiduels
  • l’extra sec : de 12 à 17 grammes par litre de sucres résiduels
  • le sec : de 17 à 32 de sucres résiduels
  • le demi-sec : de 32  à 50 de sucres résiduels
  • le doux : plus de 50 de sucres résiduels

 

Le Brut nature ou le dosage zéro est généralement celui que je préfère pour la simple et bonne raison qu’il nous offre la vraie personnalité du vin, sans aucun artifice. Il met en valeur ses qualités intrinsèques, à la fois de son vin mais aussi de son terroir. On peut ressentir toute la minéralité du champagne, ce qui est plus complexe à sentir avec le rajout de sucres.

Les champagnes plus dosés ou plus sucrés comme le demi-sec ou le doux sont pour moi des champagnes faits pour accompagnés des desserts, eux même déjà sucrés !

 

 

Vous l’aurez compris, il y en a pour tous les goûts : fruité, raffiné, puissant, délicat, aromatique… à vous de choisir !

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (25,00 sur 5)
Loading...

Aucun commentaires

Laisse ton avis !